Ouvriers : les laissés pour compte !

Les faits sont têtus ! A l’occasion de la « réforme » des retraites, il est temps d’en rappeler quelques uns :

1) En 2007, un ouvrier non-qualifié a gagné 2 fois moins qu’un cadre : 15547 contre 30171 € / an. Un employé gagne 17767 et un ouvrier qualifié 17125 € / an. (source INSEE : http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon04251)

2) 3,37 millions de personne (14,5 % des salariés) ne touchent que le SMIC, c’est à dire 1056 € net / moins (environ 12000 € / an) (source Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Salaire_minimum_interprofessionnel_de_croissance)

3) Depuis 2007, le pouvoir d’achat des smicards a diminué (source Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Salaire_minimum_interprofessionnel_de_croissance)

4) En 2008, les accidents du travail se repartissent de la manière suivante :

(source CPAM : http://www.risquesprofessionnels.ameli.fr/atmp_media/RISQUE_AT_2008_STATISTIQUES_PAR_CTN.pdf)

Ce qui est oublié dans ces statistiques éloquentes, ce sont les conditions de vie des retraités.

Une étude intitulée « La « double peine  » des ouvriers : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte » et publiée en Janvier 2008 dans le n°441 de la revue « Population et Société« , montre qu’il n’y a pas que les conditions de vie très difficiles des ouvriers qui pèsent, mais également comment et dans quelles conditions ils atteignent et vivent leur retraites.

A lire en intégralité ici : telechargement_fichier_fr_publi_pdf1_441

Le résumé est le suivant :

« En 2003, en France, un homme âgé de 35 ans peut espérer vivre encore 43 ans, dont 28 indemnes de toute incapacité, une femme, 49 ans, dont 29 indemne d’incapacité. Les incapacités les plus sévères, impliquant éventuellement une situation de dépendance, n’occupent en moyenne que 3 années de vie pour les hommes et 5 années pour les femmes. Le nombre d’années vécues avec ou sans incapacité varie selon la catégorie professionnelle  : en 2003, un homme cadre de 35 ans peut espérer vivre encore 47 ans dont 34 indemne de toute incapacité, un ouvrier, 41 ans dont 24 ans sans incapacité. Ces différences se renforcent avec l’avancée en âge  : après 60 ans, les ouvriers et les ouvrières vivent en moyenne plus d’années avec que sans incapacité et endureront aussi plus d’incapacités sévères que les cadres. Au sein d’une vie déjà plus courte, les ouvriers passent donc à la fois moins de temps sans incapacité que les cadres, et vivent plus longtemps qu’eux avec des incapacités et des handicaps

Et malgré tous ces faits, la durée du travail devrait être allongée ?

Avant tout chose, il serait bon que ces bourgeois qui proposent et votent des lois pour une pseudo-sauvegardes du régime actuel de retraites, lois qui régissent et impactent fortement la vie des prolétaires, mettent les mains dans le cambouis, aillent détruire leur santé dans les usines, les mines ou les champs, en gros qu’ils pratiquent la vie des prolétaires. Tant que « nos représentants » élus ne seront pas des prolétaires, les lois votées iront à l’encontre de la classe ouvrière !

Il s’agit de changer cela !

Pour finir, une petite vidéo dans laquelle nous voyons Simone de Beauvoir nous parler de la vieillesse : à écouter et réécouter !

Ils ont tous, nous n’avons rien !

Prenons tous, ne laissons rien !

Prolétaires, débout !

Publicités
Cet article a été publié dans Infos générales, Retraite des ouvriers, Vidéo. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s