La science fictive des Bogdanov

Nous reproduisons ici un article lu sur le blog « Aïe Tech » (http://www.aietech.com/leblog/2008/10/26/la-sciencefictive-des-bogdanov.html), écrit en partenariat avec « Rue89 » (http://www.rue89.com/2008/10/26/la-sciencefictive-des-bogdanov ).

Il est à noter que les frères Bogdanov ont intenté un procès au magazine « Ciel et Espace » suite à l’article « La mystification Bogdanov » paru en octobre 2004 (lire ici http://ybmessager.free.fr/docs/ciel-et-espace-bogda1.pdf ou plus bas) .  Procès  perdu comme l’annonce cet article du Figaro (lire ici http://www.lefigaro.fr/sciences/2006/10/13/01008-20061013ARTFIG90044-les_freres_bogdanov_perdent_leur_proces_contre_ciel_et_espace.php ou plus bas)

https://antifalsace.wordpress.com/2010/04/22/lignorance-mene-a-ta-perte-interesse-toi-aux-sciences/

Vive la lutte antifasciste !


La science fictive des Bogdanov

Une «nouvelle émission scientifique», qu’ils disaient. J’ai regardé ce premier Science X, stoïquement, de la première à la dernière minute. J’ai vu beaucoup de science-fiction, et de la plus éculée. Et de la prospective de comptoir à grand coups de «Demain, ma brave dame, sûrement que…» Par exemple, «on vivra 150 ans», l’une des éternelles fixettes des faux jumeaux. Et encore un reportage comme si on y était sur l’exoplanète Gliese 581 d, située à 20 années-lumière d’ici. On ne sait pratiquement rien sur elle… mais combien de téléspectateurs auront compris que ces images étaient pure fiction ?
Bref, du facile, de la grosse ficelle. Contenu scientifique proche du zéro absolu, coupables approximations à tous les étages, le tout emballé dans du papier chocolat pour faire demain, servi sur un plateau mégalo peuplé d’un carnaval emprunté à Star Wars. En plus toc. Et les deux grotesques, au milieu de tout ça, toujours aussi robot dans leur gestuelle figée, toujours aussi pipeau dans leurs effets de manche à deux balles. Et toujours dans leur combinaison spatiale de mardi gras. Du Temps X après la lettre.
Bien sûr, si France 2 a choisi Igor et Grichka Bogdanov pour créer cette «nouvelle» «émission scientifique», cela n’a rien à voir avec le fait que, comme le signalent les intéressés ici, ils travaillent depuis 2001, pour l’illustration sonore, avec un certain Pierre Sarkozy, fils de Nicolas. Sûrement que ça s’est trouvé comme ça…

En fait, la direction de la chaîne a dû penser à eux en voyant leur prestation sur TF1, en mars dernier, dans le «Qui veut gagner des millions ?» spécial Sidaction. Ils ont plafonné à 1500 €, en se vautrant sur une question un peu trop scientifique pour eux ! Le basilic vert, un lézard d’Amérique centrale qui marche sur l’eau, ça ne leur disait rien… Pourtant Grichka prétendit ensuite en avoir vu à Fontainebleau… Du délire ! Auparavant, ils avaient pataugé dans le principe d’Archimède, se demandant si la poussée de bas en haut est égale à une ou deux fois le «poids du volume d’eau déplacé». Grandiose !

Ou alors, France 2 a pu estimer que pour une telle émission, il fallait au moins des professeurs d’université. Or il est temps que cela se sache, les Bogdanov sont tous deux professeurs à l’Université de Bourgogne ! Trop modestes, les intéressés ne le crient pas sur les toits, mais on peut découvrir cette information sur le site de l’Université Megatrend (copie d’écran) de Belgrade (Serbie), où les frères seraient également professeurs. Notez que tous les «professeurs étrangers» de cette liste sont d’abord professeurs ailleurs. Il fallait donc logiquement que les Bogdanov exhibent une chaire en France pour s’y retrouver.
Mais bizarrement, ils ne se sont jamais vanté d’enseigner à l’Université de Bourgogne, celle là-même où ils ont obtenu leur fabuleuse thèse (dont nous avons déjà parlé ici). D’ailleurs, l’Université de Bourgogne elle-même n’est pas au courant : sur leur annuaire, pas trace du moindre Bogdanov.

Diantre, est-ce que cette information serait…prématurée ? Comme l’était déjà l’annonce de leur titre de docteur sur la quatrième de couverture de leur livre (Dieu et la science) publié en 1991, soit 11 et 8 ans, respectivement, avant la soutenance de la thèse d’Igor et de celle de Grichka. Une erreur de l’éditeur, avaient bredouillé les faux docteurs.

Pourtant, six ans plus tôt, déjà, en 1985, les mêmes se donnaient du «docteur en astrophysique» dans une interview de Paris Match. Sans doute le journaliste avait-il entendu des voix. Décidément, ces deux-là n’ont vraiment pas de bol.
«On» ne cesse de leur attribuer des diplômes qu’ils n’ont pas, et après on s’étonne qu’ils aient la grosse tête ! À ce propos, il est très désobligeant de supposer, comme je le lis un peu partout, que les proéminences des Bogdanov relèveraient de la chirurgie esthétique. Pourquoi auraient-ils fait une chose pareille ? Rien que pour passer plus souvent sur les plateaux de télé les plus distingués, comme ceux de Cauet ou Ruquier ? Grotesque.
Il y a des explications plus simples. Ils auraient pu, par exemple, forcer un peu sur l’hormone de croissance. Suite à des études largement contestées depuis, deux catégories de fondus faisaient joujou avec, dans les années 1990 : les adeptes de la gonflette et les accros à l’éternelle jeunesse. Or l’abus de cette hormone provoque une croissance exagérée de certains os, à commencer par ceux de la mâchoire inférieure. Voilà pourquoi tant de sportifs et bodybuildés arboraient à une époque des mandibules surdimensionnées. Est-ce que les Bogdanov, tout à leur désir impérieux d’atteindre les 150 ans, auraient dépassé la dose prescrite ? Après tout, c’est leur droit le plus strict de prêter leur corps à la science

Posted on dim. 26 oct. 2008 by Registered CommenterPierre Vandeginste in | Comments30 Comments

__________________________________

Les frères Bogdanov perdent leur procès contre  »Ciel et Espace »

CYRILLE VANLERBERGHE
15/10/2007 | Mise à jour : 12:48
<!–

.

–>

IGOR ET GRICHKA Bogdanov ont été condamnés le mois dernier à payer 2 500 euros à l’Association française d’astronomie, éditeur de la revue Ciel et Espace, dans le cadre du procès en diffamation qu’ils avaient intenté contre ce magazine. L’action en justice avait démarré à la suite d’une enquête fournie, publiée en octobre 2004 dans Ciel et Espace sous le titre : la mystification Bogdanov. Cet article assassin et très documenté expliquait dans le détail les graves failles scientifiques qui entachent leur livre Avant le big bang, paru l’été 2004 : « De citations trafiquées en contre-vérités, les jumeaux médiatiques s’y présentent couronnés de cautions scientifiques qu’ils n’ont pas. »La polémique ne porte bien évidemment pas sur le réel talent médiatique des deux frères, mais sur la teneur de leurs travaux en physique et en mathématiques. À un niveau tel qu’en 2002, l’« Affaire Bogdanov » explose, au point d’être plusieurs fois reprise par le New York Times. Des physiciens américains ont un instant soupçonné Igor et Grichka Bogdanov d’avoir monté un canular pour « piéger la communauté des physiciens théoriciens en obtenant un doctorat avec des thèses absconses ! », explique Ciel et Espace. Une sorte de nouvelle affaire Sokal, qui ne viserait cette fois pas le manque de rigueur en sociologie mais les sciences dures.

Témoignages tronqués

Les deux frères protestent énergiquement et défendent le sérieux de leurs travaux. La communauté scientifique finit par accepter leur bonne foi, mais des critiques sérieuses commencent à pleuvoir sur le contenu de leurs travaux. « Tout ce qu’ils écrivent n’est qu’un méli-mélo de phrases superficiellement plausibles contenant le bon jargon dans approximativement le bon ordre », accable le physicien américain John Baez sur le blog qui a lancé la polémique. Malgré ces critiques virulentes, Igor et Grichka ne se découragent pas et défendent leurs positions scientifiques dans leur livre de 2004. Ils y publient des témoignages de physiciens, l’Allemand Urs Schreiber et l’Américain Peter Woit, qui paraissent soutenir la validité de leurs travaux scientifiques. Hélas pour les jumeaux, Ciel et Espace démontre dans son enquête que ces témoignages ont soit été tronqués, soit mal traduits, et que l’un des physiciens regrette que les Bogdanov usent de procédés « assez éloignés de l’honnêteté. »

Après leur plainte en diffamation déposée contre Ciel et Espace le 15 décembre 2005, les Bogdanov ne se sont jamais rendus aux plaidoiries suivantes. La confrontation sur le fonds n’a pas pu avoir lieu, mais leur action en justice a été déclarée prescrite. L’éditeur de Ciel et Espace a obtenu 2 500 euros à titre d’indemnisation pour la procédure dans laquelle il a été entraîné, ainsi que le remboursement des frais de procédure.

________________________________________

« Enquête : La mystification Bogdanov », Ciel et Espace, Octobre 2004, p52-55

A lire ici : ciel-et-espace-bogda1

La science fictive des Bogdanov

Une «nouvelle émission scientifique», qu’ils disaient. J’ai regardé ce premier Science X, stoïquement, de la première à la dernière minute. J’ai vu beaucoup de science-fiction, et de la plus éculée. Et de la prospective de comptoir à grand coups de «Demain, ma brave dame, sûrement que…» Par exemple, «on vivra 150 ans», l’une des éternelles fixettes des faux jumeaux. Et encore un reportage comme si on y était sur l’exoplanète Gliese 581 d, située à 20 années-lumière d’ici. On ne sait pratiquement rien sur elle… mais combien de téléspectateurs auront compris que ces images étaient pure fiction ?
Bref, du facile, de la grosse ficelle. Contenu scientifique proche du zéro absolu, coupables approximations à tous les étages, le tout emballé dans du papier chocolat pour faire demain, servi sur un plateau mégalo peuplé d’un carnaval emprunté à Star Wars. En plus toc. Et les deux grotesques, au milieu de tout ça, toujours aussi robot dans leur gestuelle figée, toujours aussi pipeau dans leurs effets de manche à deux balles. Et toujours dans leur combinaison spatiale de mardi gras. Du Temps X après la lettre.
Bien sûr, si France 2 a choisi Igor et Grichka Bogdanov pour créer cette «nouvelle» «émission scientifique», cela n’a rien à voir avec le fait que, comme le signalent les intéressés ici, ils travaillent depuis 2001, pour l’illustration sonore, avec un certain Pierre Sarkozy, fils de Nicolas. Sûrement que ça s’est trouvé comme ça…

En fait, la direction de la chaîne a dû penser à eux en voyant leur prestation sur TF1, en mars dernier, dans le «Qui veut gagner des millions ?» spécial Sidaction. Ils ont plafonné à 1500 €, en se vautrant sur une question un peu trop scientifique pour eux ! Le basilic vert, un lézard d’Amérique centrale qui marche sur l’eau, ça ne leur disait rien… Pourtant Grichka prétendit ensuite en avoir vu à Fontainebleau… Du délire ! Auparavant, ils avaient pataugé dans le principe d’Archimède, se demandant si la poussée de bas en haut est égale à une ou deux fois le «poids du volume d’eau déplacé». Grandiose !

Ou alors, France 2 a pu estimer que pour une telle émission, il fallait au moins des professeurs d’université. Or il est temps que cela se sache, les Bogdanov sont tous deux professeurs à l’Université de Bourgogne ! Trop modestes, les intéressés ne le crient pas sur les toits, mais on peut découvrir cette information sur le site de l’Université Megatrend (copie d’écran) de Belgrade (Serbie), où les frères seraient également professeurs. Notez que tous les «professeurs étrangers» de cette liste sont d’abord professeurs ailleurs. Il fallait donc logiquement que les Bogdanov exhibent une chaire en France pour s’y retrouver.
Mais bizarrement, ils ne se sont jamais vanté d’enseigner à l’Université de Bourgogne, celle là-même où ils ont obtenu leur fabuleuse thèse (dont nous avons déjà parlé ici). D’ailleurs, l’Université de Bourgogne elle-même n’est pas au courant : sur leur annuaire, pas trace du moindre Bogdanov.

Diantre, est-ce que cette information serait…prématurée ? Comme l’était déjà l’annonce de leur titre de docteur sur la quatrième de couverture de leur livre (Dieu et la science) publié en 1991, soit 11 et 8 ans, respectivement, avant la soutenance de la thèse d’Igor et de celle de Grichka. Une erreur de l’éditeur, avaient bredouillé les faux docteurs.

Pourtant, six ans plus tôt, déjà, en 1985, les mêmes se donnaient du «docteur en astrophysique» dans une interview de Paris Match. Sans doute le journaliste avait-il entendu des voix. Décidément, ces deux-là n’ont vraiment pas de bol.
«On» ne cesse de leur attribuer des diplômes qu’ils n’ont pas, et après on s’étonne qu’ils aient la grosse tête ! À ce propos, il est très désobligeant de supposer, comme je le lis un peu partout, que les proéminences des Bogdanov relèveraient de la chirurgie esthétique. Pourquoi auraient-ils fait une chose pareille ? Rien que pour passer plus souvent sur les plateaux de télé les plus distingués, comme ceux de Cauet ou Ruquier ? Grotesque.
Il y a des explications plus simples. Ils auraient pu, par exemple, forcer un peu sur l’hormone de croissance. Suite à des études largement contestées depuis, deux catégories de fondus faisaient joujou avec, dans les années 1990 : les adeptes de la gonflette et les accros à l’éternelle jeunesse. Or l’abus de cette hormone provoque une croissance exagérée de certains os, à commencer par ceux de la mâchoire inférieure. Voilà pourquoi tant de sportifs et bodybuildés arboraient à une époque des mandibules surdimensionnées. Est-ce que les Bogdanov, tout à leur désir impérieux d’atteindre les 150 ans, auraient dépassé la dose prescrite ? Après tout, c’est leur droit le plus strict de prêter leur corps à la science…

Publicités
Cet article, publié dans Infos générales, Sciences, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La science fictive des Bogdanov

  1. Ping : Le visage de dieu | Action Antifasciste Alsace

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s