Malgré-nous et combattants antifascites

D’après les archives du Parti Communiste de Biélorussie, une cinquante de Français ont « durant les années de la grande guerre patriotique en terre de Biélorussie occupée par l’ennemie, (…) combattu les envahisseurs fascistes avec les patriotes soviétiques. »

Déserter la Wehrmacht, se rendre à l’Armée Rouge ou aux résistants communistes des territoires de l’est de l’Europe et combattre les fascistes aux côtés des partisans , fut pour de nombreux Alsaciens et Mosellans un choix objectif, pris en toute connaissance de cause. Cependant de nombreux autres ne firent pas ce choix, vu les risques qu’encouraient les familles restées au pays.

Parmi ces combattants antifascistes  :

Léon Heyer (Guebwiller) , né le 10 mai 1923 à Mulhouse, Mineur et fils de Mineur de Potasse militant CGT et PCF. (voir son témoignage complet ici : https://antifalsace.wordpress.com/2010/06/13/leon-heyer-combattant-antifasciste/ ). Lors de son incorporation de force, au moment du départ son père lui dit ceci : « Léon, tu as 19 ans, mais tu sais ce qu’il faut faire, le jour où tu seras sur le front russe. N’oublie pas que le peuple là-bas est aussi bon que le peuple français ».

Jean Winckler (Strasbourg) est passé dans les rangs de la section des partisans « Kotovski » de la région de Minsk le 22 octobre 1943, participe a des sabotages de voie ferrées dans la brigade « Vengeurs du Peuple ». Il meurt lors d’une opération de minage entre les villes d’Ostrochidski et Radochkovitchy.

Léon Werden (adresse illisible), était en garnison à Vilieiko, s’est échappé et a rejoint les partisans « Kotovski » le 14 octobre 1943. Il participe à la libération de Smorgone après que sa section ait fait la jonction avec l’Armée Rouge.

Albert Barbiche (adresse illisible), comme Winckler, rejoint les partisans le 22 octobre 1943, combat dans la même section jusqu’en juillet 1944. Avec les membres d’un groupe de poseur d’explosif, ils anéantissent de nombreux véhicules et engins nazis. Le 28 mai 1944, il prend part aux combats dans le village de Khodaki, et repousse avec sa compagnie les assauts ennemis.

Georges Nuss ( Bitschwiller les Thann), a déserté sa garnison nazie avec armes et munitions pour rejoindre la section « Gastello ». Membre d’un peloton de reconnaissance, il participe à la destruction d’un pont de chemin de fer sur la ligne de Molodetcheno. Il a été décoré de la médaille des « Partisans de la Guerre Nationale » 1er degré.

Emile Schessel (Kripsheim ?), rejoint les partisans de la section « Tchaev » le 29 aout 1943, participe à de nombreuses opérations de destruction de garnisons ennemies, et réussit à récupérer 2 fusils et 2000 cartouches et a incendié un dépôt de munitions lors de l’une d’elles. . Il a été décoré de la médaille des « Partisans de la Guerre Nationale » 1er degré.

Jean Scharf, Albert Morainville…. et tant d’autres qui sont inconnus….

Source : L’Alsace Résistante, De juin 1940 à février 1943, Léon Tinelli, publié par l’Institut CGT Alsace d’Histoire Sociale, 16 Boulevard de la Victoire, 67000 Strasbourg

Publicités
Cet article, publié dans Infos Locales, Résistance, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Malgré-nous et combattants antifascites

  1. dave musgrove dit :

    i have found a medallion on a key ring with in inscription,c.g.t. potasse-alsace on it,could you please give me more information please,cheers

  2. dave musgrove dit :

    c.t.g. potasse-alsace ???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s