Liens transfrontaliers de l’extrême droite

Un bon reportage de France 3 Alsace, dans lequel apparaissent nos camarades de Antifaschistische Aktion Saarbrücken (http://www.antifa-saar.de.vu), fait le point sur les actes racistes qui se sont déroulés au cours de l’année 2010 dans notre région. Voir ici « La voix est Libre » du 6 novembre 2010 : http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-categorie=EMISSIONS_LA_VOIX_EST_LIBRE_ALSACE)

Nous rebondissons sur l’intervention de l’Antifaschistische Aktion Saarbrücken qui dénoncent les liens entre l’extrême droite allemande et l’extrême droite d’Alsace, et nous reviendrons prochainement sur les déclarations de certains alsaciens concernant la tenue de rassemblements « cachés » de néo-nazis.


Les liens entre les extrêmes droites

Il est facile de trouver le nom du créateur et du leader du « Bewegung Junge Volksdeutsche Elsass-Lothringen » (BJVEL), en francais le « Mouvement des jeunes allemands de sang d’Alsace-Lorraine ». Il s’agit de Romain St-Luc, (il est d’ailleurs vu dans le reportage de France 3 Alsace), un ancien candidat du FN dans le Puy de Dôme. Nous nous interrogeons cependant sur une telle stratégie : pourquoi un « jeune allemand de sang d’Alsace-Lorraine » est-il allé aussi loin de sa région pour se présenter à une élection ? Si il avait suivie ses propres convictions, il aurait du y renoncer : car seul un jeune français de sang du Puy de Dôme peut se présenter dans le Puy de Dôme.
Mais laissons ces considérations électoralistes, pour nous focaliser sur les liens qu’entretien le BJVEL avec l’extrême droite allemande.
En décembre 2006, la Fédération Anarchiste de Strasbourg avait publié une traduction (ici : http://fastrasbg.lautre.net/?Une-semaine-de-novembre ) d’un article de l’Antifa Offenburg « Une semaine de Novembre… » (là : http://aaog.blogsport.de/) qui décrivait ces liens étrois :
« Dès l’assemblée constitutive du NPD dans l’Ortenau le 7 mars 2004, des « Allemands d’Alsace » étaient déjà présents selon des informations provenant du NPD lui-même. Il est certain également que, depuis au moins trois ans, la « BJVEL » participe à la « journée de la commémoration des héros » du NPD à Rheinau. Cette année, le fondateur et président Roman St. Luc lui-même a fait un discours devant le monument aux morts. Des photos de cette année et d’autres datant de 2004 montrent aussi des couronnes mortuaires déposées en commun sur le monument. Sur l’une des deux écharpes ornant les couronnes, on peut lire « NPD Ortenau », et sur l’autre « Bewegung Junge Volksdeutsche Elsass-Lothringen »
A « l’université d’été » du NPD en 2005 en Rhénanie-Palatinat, des membres de la BJVEL ont servi d’interprètes.
La BJVEL a pris part, avec ses propres banderoles, aux grandes manifestations organisées par le NPD en février 2005 et 2006, aux côtés de quelques 5000 participants venant des milieux d’extrême droite.
Dans la mouvance des « Kameradschaften », une collaboration active entre les nazis français et allemands peut également être démontrée :
Aux concerts nazis de Rastatt en mai 2005 et de Karlsruhe en janvier 2006 10, les participants se sont d’abord rassemblés sur des parkings en Alsace avant de se rendre aux manifestations en Allemagne. Des nazis français et allemands étaient présents à ces deux concerts. Le dernier grand concert nazi dont nous ayons eu connaissance en Alsace a eu lieu le 31 juillet 2004 (malheureusement, ils avaient oublié de mentionner la date sur les flyers…) à Hibsheim (à 25 km d’Offenbourg). Dans ce petit village, les activistes d’extrême droite alsaciens avaient loué la salle polyvalente pour une fête privée. L‘après-midi, la « Kameradschaft de Karlsruhe » a organisé un tournoi de football qu’ils ont intitulé « Swastika Cup » (championnat de la croix gammée). Le soir, les groupes « Propaganda » (Allemagne) et « Brigade M » (Pays-Bas) ont joué devant 300 à 400 néonazis. La scène était décorée d’un aigle qui portait l’inscription « L’Alsace dans le Reich ». Cet événement a fait sensation au niveau international : même le New York Times et le Daily Telegraph britannique en ont parlé. Dans l’Ortenau, juste de l’autre côté de la frontière, c’est à peine si on pouvait lire quelques entrefilets sur le sujet.
De tels concerts et de grandes manifestations avec des participants de plusieurs pays avaient déjà eu lieu à plusieurs reprises en Alsace les années précédentes. Le point culminant est certainement la fête d’avril 2003 à Ringendorf, lors de laquelle plus de 1000 néonazis ont célébré l’anniversaire d’Hitler. Dans le Badische Zeitung du 28 novembre 2006, la politologue mulhousienne Magali Boumaza évoque la collaboration étroite à l’époque entre la division-Blood-and-Honour , interdite depuis lors, et des éléments d’extrême droite allemands.  »
Plus récemment, l’Autonome Antifa Freiburg (ici : http://www.autonome-antifa.org/spip.php?page=antifa&id_article=52&design=2 ) publiait un autre article intitulé « Deutsch-französiche Kamaradschaft » (Camaraderie Germano-française), écrit par Nicola Pantera et tiré du numéro 109 (Novembre, Décembre 207 ) du magasine Der Rechte Rand.
« Grâce au „Trendsetter“ , éphémère magasin et accessoirement lieu de rencontre de néo-nazis, les néonazi de Lahr (BW) entrairent en contact avec le BJVEL et Romais Saint-Luc, un boucher de 27 ans habitant Strasbourg, mendre du NPD depuis 2001 et du FN depuis 2005. En aout 2005, il fit une intervention lors de l’université d’été du Front National de la Jeunesse. A Neuvy-sur-Barangeon, il rencontre Jean-Marie Le Pen avec Jürgen Gansel élu NPD du Land de Saxe.
[…]
En Novembre 2006 (voir aussi ici : http://jboehler.canalblog.com/tag/extr%C3%AAme-droite/p20-0.html ) Saint-Luc et le BJVEL participe à un rassemblement de néo-nazis au « Panzergraben » de Rheinau (BW).
[…]
Le 25 novembre 2006, après une manifestation a Ellwagen les 3 nazis alsaciens (Saint-Luc, François Trauth et Erik Heidmann) se rendirent à Lahr pour picoler dans un bistrot en companie de Thomas Reymann, Benjamin Carstensen, Miriam Uhri, Florian Muller, Jerome Lehmann, Denis Kalk, Vincent Grathwohl et Yohann Dumay. Ils chantèrent des chansons nazies, crièrent « Sieg Heil » et firent le salut hitlérie, photos à l’appuie qui se rétrouvèrent plus tars dans les mains de la police.
Vers 2h du matin, le groupe quitta le local. Un allemand d’origine tunisien croisa malheurement leur chemin, et fut bousculé. Voulant fuire les néonazis plein comme des bariques, Muller le stopper en le cognant à coups de chaise. Les néo-nazis se sont alors sur lui plusieurs minutes alors qui été au le sol. Ils se sont arrêtés lorsque qu’un habitant du quartier les a menacé d’appelé la police. Leur victime a été de longs moments inconsciente.
[…]
Saint-Luc, Dumay et Trauth ont été reconnu coupable de coups et blessures et condamnés à 8 mois de prison. […] Comme Dumay est un sergent de l’armée française dans les parachutistes à Illkirch, il devra encore passé devant un un tribunal militaire en plus. »

Dernièrement :
Le 24 avril 2010 à Herschberg (KL), Saint-Luc a « fait un cours » intitulé « Franz von Sickingen   » (http://linksunten.indymedia.org/de/node/21438). Il a fait un discours lors du défilé nazi de Pirmassens (Sarre) le 1er mai 2010 (http://ndp-alsace.hautetfort.com/archive/2010/05/02/premier-mai-dans-la-saare.html) et a participé à la fête du solstice en Allemagne avec la NDP Alsace et le NPD (Allemagne).

Ensemble luttons contre les néo-nazis !

Ni Français, Ni Allemand, Ni Neutre !

Vive la lutte Antifasciste !

Publicités
Cet article, publié dans Infos Internationales, Infos Locales, L'extrême droite en Alsace, Visuel, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Liens transfrontaliers de l’extrême droite

  1. Xavier dit :

    Romain Saint-Luc n’est pas originaire d’Alsace. C’est un auvergnat pur souche. Il est de Riom juste à côté de Clermont.

    • antifalsace dit :

      Un auvergnat pur souche donc ! Merci pour l’information… cela n’enlève en rien la cohérence de notre analyse… Si on pousse la réflexion dans le même sens que les fascistes, la première question qui viendrait à l’esprit : mais que fait-il chez nous ? Qu’il reste en Auvergne !!

      Cependant, nous phrase reste encore plus vraie. Nous la voulions ironique, cette info en rajoute une couche : « pourquoi un « jeune allemand de sang d’Alsace-Lorraine » est-il allé aussi loin de sa région pour se présenter à une élection ?« 

  2. Antifa 55 dit :

    En réalité, Romain Saint-Luc est d’origine Lorraine.
    Son arrière grand père, volontaire lorrain « Volksdeutsche » dans la Gestapo, fut responsable de l’assassinat sauvage de nombreux résistants.
    Issu d’une famille riche, Romain Saint-Luc est entre autre un descendant des « Sires von Bolchen » (de Boulay), des seigneurs tyraniques, en guerre au moyen age contre les citoyens de la ville de …Metz!!!
    Son cas est interessant, car il compterait aussi parmi ses ancètres les familles de Bigot d’Aubréville et von Wiltz, qui furent à l’origine de la création de la « loge des gentilshommes Veriers Argone-Moselle ».
    Certains émetent l’hypothèse que Romain Saint- Luc serait en fait membre de la Franc-Maçonnerie, ce qui expliquerait ses liens personnels trés forts avec le franc-maçon ultra capitaliste Jacques Cordonnier (Alsace d’Abord) et Franck Schwerdt (NPD), membre de la loge berlinoise « Zu den drei Weltkugeln » de Frédéric le Grand et Hermann Goering.
    C’est encore Romain Saint-Luc qui appuya la candidature de Karl Goscheschek au canton d’Illkirsch-Graffenstaden.
    Il est également notoirement connu que son père, par contre, était un cadre de l’ultra gauche , ayant fait mai 68. Ce dernier réhausse donc un peu cette famille détestable.
    Le co-fondateur du BJVEL, Freddy Imbs, lui, s’est retiré de la politique, depuis un an environ.
    NO FASCISM!
    NO CAPITALISM!

    ANTIFA 55

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s