Colonel Fabien : présent !

 

 »

Métro Barbès, 21 août 1941, le colonel Fabien ouvre le feu.
Né le 21 janvier 1919 à Paris (XIXe arr.), fils d’un ouvrier boulanger, Pierre Georges fit son apprentissage de boulanger et, en 1933, à l’âge de quatorze ans, adhéra au 20e rayon des Jeunesses communistes.

Il quitta la boulangerie pour travailler comme poseur de rivets sur les chantiers de chemins de fer de Villeneuve-le-Roi puis comme ajusteur aux Établissements Bréguet d’Aubervilliers.

Il anima le Camp de la Paix de Mainville, fut responsable d’une équipe d’enfants de Belleville. Il s’engage dans les Brigades internationales en 1936, à 17 ans. Il devient adjudant à 18 ans.

Sa participation aux opérations militaires, en particulier en Aragon au printemps 1938, lui valut d’être blessé à trois reprises. Revenu en France, il fut élu au comité national des Jeunesses communistes.

Il fut appréhendé le 3 décembre 1939 avec son épouse et sept autres militants pour confection et distribution de tracts communistes. Il bénéficia d’un non-lieu le 6 mai 1940 mais l’administration décida de son internement administratif au centre de séjour surveillé de Baillet.

En juin 1940, il réussit à décrocher un wagon qui emmenait les prisonniers à Bordeaux et à s’échapper.

Il se rendit à Marseille, prit contact avec des dirigeants communistes qui lui confièrent la responsabilité des Jeunesses communistes du Sud-Est puis « Fredo », c’est son nom de guerre partit à Paris pour rejoindre la direction nationale des Jeunesses communistes.

Quelques mois plus tard, le Parti communiste le chargea d’organiser un groupe armé.

Il réalisa lui-même le premier attentat meurtrier contre les troupes d’occupation en abattant Alfons Moser, un officier de la Kriegmarine, le 21 août 1941, au métro Barbès. (Note Action Antifasciste Alsace : action clef du film Section Spéciale de Costa Gavras sorti en 1975)

Ayant échappé de peu à l’arrestation, il partit le 8 mars 1942 en Franche-Comté et s’affirma, sous le nom de guerre de colonel Fabien, comme un remarquable chef des FTP-F.

La police l’arrêta le 30 novembre 1942 au métro République puis le livra aux Allemands. Emprisonné à Fresnes puis à Dijon, il s’évada du Fort de Romainville en mai 1943 puis continua la lutte contre l’occupant.

Il organisa des maquis dans les Vosges, en Haute-Saône et dans le Centre-Nord.

Après avoir participé à la Libération de Paris, le colonel Fabien rassembla un groupe de cinq cents hommes pour continuer la lutte contre l’armée allemande avec les forces françaises et alliées.

Sa troupe devint un régiment rattaché à la division Patton et engagé dans la campagne d’Alsace pendant l’hiver 1944.

Il meurt le 27 décembre 1944 à Habsheim (Haut-Rhin) à la tête de la « Colonne Fabien », 1ère Brigade FFI de Paris, lancée dans des conditions héroïques à la poursuite de l’ennemi, alors qu’il démontait une mine.

Source : Action Antifasciste Bordeaux (http://aabdx.lescigales.org/avril2009.html )

Publicités
Cet article, publié dans Action Antifa, Infos générales, Résistance, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s