Alsace d’Abord présente un candidat néo-nazi aux cantonales 2011

La campagne pour les élections cantonales de mars 2011 vient de commencer. Les candidats se dévoilent petit à petit. Dans le canton d’Illkirch-Graffenstaden au sud de Strasbourg, Karl Goschescheck représentera Alsace d’Abord. (Voir la capture d’écran de son site : http://www.illkirch2011.tk/).

A part les thèmes de campagne habituels d’Alsace d’Abord (qui vont d’un peusdo-régionalisme pour faire passer la pilule, aux thèmes classiques de l’extrême-droite), essayons d’en savoir un peu plus sur ce que propose M. Goschescheck et sur qui il est. Des éléments de biographie sont disponibles sur le même site internet, mais ils sont un peu fades à notre goûts… nous avons donc décidé de chercher un peu plus loin : en Autriche. Vu le C.V. de Monsieur, le lieu n’est pas une coïncidence.

Mais avant cela, une petite anecdote assez cocasse. Comme vous l’aurez constaté, Karl Goscheschek est ingénieur commercial diplômé de l’IECS. Il a été comptable et est aujourd’hui « directeur comptable » : cela ne l’a pas empêché d’avoir des erreurs dans ses comptes de compagnes. Pour ces faits, « M. Thierry-Karl Goschescheck est déclaré inéligible, en application de l’article L.O. 128 du code électoral, pour une durée d’un an à compter du 19 janvier 1996 » par le conseil constitutionnel. Cette décision a été publiée au J.O. du 24 janvier 1996, p. 1186.

Extrait de la décision :
« Considérant que le compte de campagne déposé par M. Thierry-Karl Goschescheck qui comporte un excédent des dépenses sur les recettes justifiées est présenté en déséquilibre et méconnaît ainsi les dispositions précitées de l’article L. 52-12 du code électoral ; que c’est dès lors à bon droit que la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques a prononcé le rejet du compte de campagne de ce candidat ; qu’il appartient par suite au Conseil constitutionnel de constater que M. Goschescheck est inéligible, en application de l’article L.O. 128 du code électoral, pour une durée d’un an à compter du 19 janvier 1996, date de la présente décision. »

(http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/1996/95-2078/decision-n-95-2078-du-19-janvier-1996.10748.html)

Mais ceci n’est pas d’une grande importance.

Il apparait sur son C.V. qu’il fut directeur de la publication de la revue « Rot un Wiss » (« Rouge et Blanc » comme les couleurs d’un drapeau de l’Alsace, comme celles d’Alsace d’Abord) ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Rot_un_Wiss_%28revue%29). Elle a été créée en 1975 par Bernard Wittmann. Mais auparavant Bernard Wittmann était directeur du mouvement du même nom « Rot un Wiss« , et a créé la revue « ELSA » en 1969. « Elsa » déviendra l’organe de presse du MRAL, le Mouvement Régionaliste d’Alsace-Lorraine, du docteur Marcel Iffrig et de Ferninand Meschenross. Finalement  Wittmann se fera exclure. « Elsa » publiera au fil du temps sa propagande nazi et néo-nazi : les SS y seront blanchis du massacre d’Ouradour sur Glane, et l’existence des chambres à gaz niées. Dans le même temps, la publication est interdite mais parait tout de même en allemand. De son côté, Iffrig tisse des liens avec les néo-nazis d’Allemagne. Il sera condamné en 1978 par « le tribunal pénal de Strasbourg à 100000 francs de dommage et intérêts pour incitation à la haine raciale » (traduction de l’allemand voir capture écran). Les préoccupations politiques et la sphère dans laquelle évoluait M. Goschescheck, sont les bases de notre interrogation.

Allons maintenant, comme prévu, voir ce qui se passe en Autriche pour Thierry-Karl Goschescheck, aka Karl Thierry aka Karl Goschescheck. Et tout d’abord sur le site du parlement autrichien.

Le 1er février 2008, Laura Rudas et Bettina Stadlbauer, députées SPÖ (Sozialdemokratische Partei Österreichs, Parti Socialdémocrate d’Autriche) interpellent le ministre fédéral de l’intérieur, à propos de la création d’un nouveau parti politique en Autriche. Voici une traduction du texte introductif aux questions :

« Le 19 Novembre 2007, ont été déposés au ministère de l’Intérieur les statuts du Parti national du peuple (NVP pour Nationalen Volkspartei). La publication de ces statuts s’est faite dans le numéro de Janvier 2008 du journal du NVP « Frei Stimme » (Voix libre) [1].

A la fin de l’automne, le NVP avait déjà fusionné avec des groupuscules « Die Nationalen » et « Initiative für alle Linksnationalen in Österreich » classés à l’extrême droite par le DÖW. [2]

[…] (Paragraphe enlevé par nous, car ne concerne que la validation du parti par le ministère de l’intérieur et n’apporte pas d’informations pertinentes pour ce qui nous préoccupe.)

Robert Faller et Karl Goschescheck sont les fondateurs du NVP et membres du conseil national. Le Centre de Documentation de la Résistance autrichienne (DÖW) décrit Robert Faller comme un ancien chef des groupes néo-nazis « Kameradschaft Germania » et « Nationaldemokratisches Aktionsbüro » (NDAB) et le webmaster du site « Stop3g» [5], qui se bat contre la loi NS-Verbotsgesetz. [6 ] (Note AA Alsace : NS-Verbotsgesetz est une loi autrichienne qui interdit tout parti nazi, et qui réprime la négation ainsi que la minimisation des crimes nazis.)

Karl Goschescheck, est le webmaster de 2 projets sur internet [7], qui proclament entre autres choses, que l’Empire allemand a été occupée en 1945 et est encore sous domination étrangère [8].
[…] (Paragraphe enlevé par nous, car n’apporte pas d’informations pertinentes pour ce qui nous préoccupe.)

Dans le programme du parti du NVP [11], il est dit entre autres choses:
« Biologiquement par conséquent, un peuple est aussi une communauté génétique, sur le plan de la reproduction et de l’environnement. (..) L’Europe est le foyer de l’homme de race blanche et est sa création. Les peuples d’Europe sont congénères. Les premiers habitants de l’Asie, d’Afrique, d’Australie et d’Amérique (les Indiens) ont formé leurs propres cultures et leurs propres peuples. Ce sont pour nous des étrangers. «Une nation – un Etat» est l’exigence fondamentale du NVP »

Voir ici pour la version originale en allemand : http://www.parlament.gv.at/PAKT/VHG/XXIII/J/J_03512/fnameorig_100389.html

Mais l’activité de Karl Goschescheck ne se limite pas à 2 sites internet. D’après l’Institut Stephan Roth contre l’antisémitisme et le racisme (http://www.tau.ac.il/Anti-Semitism/asw2007/austria.html), en 2007 en Autriche :

« Environ 200 vieux nazis et jeunes néo-nazis ont marché vers le Wiener Zentralfriedhof, le 11 novembre pour célébrer l’anniversaire de la mort d’un « héros » nazi survenue en 1944 : Walter Nowotny. Parmi eux se trouvait une délégation du NVP de Karl Goschescheck/Thierry.
[…]
A la fin de l’été 2007, l’alliance prévue de longue date entre le NVP, « Die Nationalen » et « Initiative für alle Linksnationalen in Österreich » s’est concrétisée.
« Die Nationalen » a été fondé par Karl Goschescheck, aka Karl Thierry, dont les activités dépassent les frontières de l’Autriche. Goschescheck vit partiellement à Strasbourg, où il est le leader du Nationalforums Elsaß-Lothringen Unabhängige Landespartei. Il est également à l’initiative du « Alldeutsche Zeitung » et de « Encyclopaedia Germanica ».

Quant à l’« Initiative für alle Linksnationalen in Österreich », c’est un groupe néo-nazi initié par Marco Maier depuis Vorarlberg, qui a une idéologie similaire au national-socialisme et au NSDAP. Le texte sur leur site internet parle d’une « forme d’état de type gauche-nationaliste », ainsi que d’un engagement à une «communauté ethnique» (Volksgemeinschaft ») et à un « socialisme nationaliste ». Il indique également que, en vertu des lois de Nuremberg, « seules les personnes qui ont une ascendance allemande vérifiable à partir de la quatrième génération peuvent devenir des citoyens. »

[Voici le texte original du dernier paragraphe. « The ideology of the Initiative, a neo-Nazi group started by Marco Maier from Vorarlberg, contains similarities to NS ideology and the NSDAP party platform. The text on its website speaks of a “left-nationalist form of state,” including commitment to the “ethnic community” (Volksgemeinschaft”) and “nationalist/folk socialism.” It also states that, like the Nuremberg Laws, “only people who have verifiable German offspring back to the fourth generation can become citizens. »] »

Néo-nazi car participant à des manifestations de nazis et néo-nazis, et fondateur d’un parti d’extrême droite avec un néo-nazi, antisémite et raciste car organise la fusion avec un groupuscule qui se réclame des lois de Nuremberg, pangermaniste et nostalgique du 3e Reich car affirme que celui-ci est occupé par des étrangers depuis 1945, voilà quelle est l’idéologie de Karl Goschescheck. Et comme il est membre du comité directeur d’Alsace d’Abord, et candidat Alsace d’Abord pour les prochaines cantonales, il nous semble évident qu’Alsace d’Abord ait été au courant et que le parti ait donné sa bénédiction. A moins qu’il ne soit taxé prochainement d’entriste !

Ce qui aurait tout de même le don de nous surprendre. Car c’est avec Karl Goschescheck, que Jacques Cordonnier a rencontré à Vienne le 30 janvier 2011 Heinz-Christian Strache, leader du FPÖ (voir la photo publiée par Novopress et le bloc identitaire, voir ici http://fr.novopress.info/77571/jacques-cordonnier-a-vienne-avec-dautres-dirigeants-populistes/ et ici http://www.bloc-identitaire.com/actualite/1713/jacques-cordonnier-vienne-avec-autres-dirigeants-populistes).

Aspect cocasse, Novopress a tout simplement oublié de nommer celui qui visiblement voulait aussi être sur la photo, mais qui se retrouve à l’arrière plan : Karl Goschescheck ! C’est bien lui qui représente Alsace d’Abord pour les prochaines élections cantonales dans le canton d’Illkirch-Graffenstaden. Par contre, ce que nous trouvons étonnant, c’est que cette « information » n’est ni sur le site de Jeune Alsace, ni sur celui d’Alsace d’Abord, ni sur celui de Novopress Alsace : fallait-il qu’elle soit moins évidente à trouver ?

Les preuves s’accumulent contre Alsace d’Abord, Jeune Alsace et contre tout le Bloc Identitaire. (dont Alsace d’Abord est membre actif) : ils ont commis une erreur majeure en intronisant une personne comme Karl Goschescheck pour une élection.

Il devient dès à présent encore plus difficile pour eux d’affirmer qu’ils ne sont pas d’extrême droite (alors que nous avions déjà publié un gros dossier sur Fabrice Lauffenburger et Nicolas de Lamberterie), et qu’ils sont simplement « régionalistes » !

Tous ensemble soyons unis contre les nazis et les néo-nazis !


Pour information :

Le DÖW (Centre de documentation de ma résistance autrichienne) a été crée en 1963 par d’anciens résistants et par des historiens antifascistes. Depuis 1983 c’est une fondation supportée financièrement par le gouvernement autrichien et par la vielle de Vienne. Ses thèmes de recherches sont : la résistance et la persécution (1934-1945), l’exil, les crimes nazis (notamment l’Holocauste), et l’extrême droite depuis 1945. Ses activités vont de l’archivage des sources, aux services pour journalistes, étudiants et chercheurs, en passants par l’éduction et l’organisation de rencontre avec des survivants des crimes nazis.

L’institut Stephen Roth pour l’étude de l’antisémitisme et du racisme est une ressource d’informations qui fournit un forum pour des discussions académiques, favorise la poursuite des recherches sur les questions liées aux théories antisémites et racistes et sur ses manifestations actuelles.
L’institut, fondé sous le nom de projet pour l’étude de l’antisémitisme à l’automne en 1991, est situé dans le bâtiment Gilman, de l’Université de Tel Aviv. Il est affilié à la bibliothèque de Vienne, qui abrite l’une des plus riches collections au monde de documents sur les régimes et les mouvements fascistes, ainsi que sur l’antisémitisme.

Publicités
Cet article, publié dans Infos Locales, L'extrême droite en Alsace, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Alsace d’Abord présente un candidat néo-nazi aux cantonales 2011

  1. Amitiés Antifascistes BZH !
    On a les mêmes : pseudo régionnalistes bretons et vrais fascistes…

    http://www.antifabzh.lautre.net/roazhon/

  2. Ping : Un candidat néo-nazi aux cantonales en Alsace | La Feuille de Chou

  3. feudeprairie dit :

    Très bon article, très bien sourcé comme d’habitude!
    Je vous que le bloc identitaire n’hésite pas à continuer de recycler les vieux déchets du nazisme et du fascisme traditionnel… D’ailleurs vous savez si ils ont des liens avec l’Elsass Korp?
    Sur le sujet des liens gênants il y avait ce très bon reportage sur le Bloc où on voit une conférence filmée avec la Lega Nord, et un responsable de la Lega qui explique à un du blog en coulisse « faites comme nous, accédez au pouvoir sous des apparences soft, on sait tous qu’on est fascistes mais on ne pourra appliquer le programme fasciste qu’une fois au pouvoir » (engros).
    Ou la biographie de Richard Roudier, le chefaillon de la Ligue du Midi, membre du Grece, ancien élève « chasseur de gaucho » du temps du Gud Oc et dont le fils se sentait pousser des ailes de ratonneur en 2002…

  4. Ping : Karl Goschescheck : « le régime hitlérien a été une dictature sanglante inexcusable mais tout n’était pas forcément mauvais dans ce système  ! | «Action Antifasciste Alsace

  5. Ping : HC Strache : fréquentation de MM Cordonnier et Goschescheck | Action Antifasciste Alsace

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s