Karl Goschescheck : « le régime hitlérien a été une dictature sanglante inexcusable mais tout n’était pas forcément mauvais dans ce système » !

Nous nous régalons ! Jeune Alsace vient de publier le portrait qu’a opportunément fait les DNA sur Karl Goschescheck. Le titre est éloquent : « Identité Régionale« . Inutile de dire que ce portrait est aux antipodes de celui que nous avions dressé (https://antifalsace.wordpress.com/2011/02/27/alsace-d%E2%80%99abord-presente-un-candidat-neo-nazi-aux-cantonales-2011/).

Prenons les choses dans l’ordre.

Le régionalisme est l’excuse commune de tous les identitaires, de France ou d’ailleurs. D’ailleurs le blog « DroiteS ExtrêmeS » du journal le Monde, ne s’y est pas trompé. Il met en lien une vidéo (un extrait d’un documentaire de Canal Plus) de notre compte Dailymotion (http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/03/11/marine-le-pen-ira-a-lampedusa-avec-mario-borghezio-de-la-ligue-du-nord/). Dans cette vidéo, on entend clairement Mario Borghezio de la Lega del Nord expliquer la tactique typique des identitaires : “Il faut rentrer dans les administrations et les petits pays. Il faut insister beaucoup sur le côté régionaliste de votre mouvement. (…) C’est une bonne manière de ne pas être classé comme fasciste nostalgique, mais comme une nouvelle mouvance régionale, catholique, etc. Mais en dessous, nous sommes toujours les mêmes.”

C’est exactement ce que l’on retrouve chez Alsace d’Abord, et dans le portrait de Karl Goschescheck par les DNA, lorsqu’il évoque la défense du bilinguisme.

Dans cet article, nous apprenons que « il récuse l’étiquette de « néonazi » que lui colle un blogueur, au motif qu’il a rencontré des gens douteux, en Autriche, là où il travaille. C’est de la diffamation, je ne connaissais pas bien ces gens. Quand j’ai découvert ce qu’ils étaient réellement, ils ne m’ont plus jamais revu. » Il est vrai qu’en terme d’image, pour un candidat d’extrême droite, il est tellement plus gratifiant de rencontrer HC Strache, que de manifester en souvenir d’un soldat de la Wehrmacht, avec des nazis et des néo-nazis !

De plus, d’après Jean-Louis Boehler, Karl Goschescheck a été un « ancien collaborateur du Dr. Iffrig et de la revue Elsa aux thèses négationnistes : selon eux, les SS n’ont pas commis de massacre à Oradour-sur-Glane, les chambres à gaz n’ont jamais existé. » (http://jboehler.canalblog.com/archives/2011/03/03/20530161.html)

La question que nous serions en droit de nous poser, c’est pourquoi les DNA ne publient pas cela. Les sources sont claires, et vérifiables. Que ce soit au niveau du parlement autrichien ou au niveau de l’Institut Stephen Roth.

L’article publié par L’Alsace est beaucoup plus explicite. Karl Goschescheck ose même déclaré que « le régime hitlérien a été une dictature sanglante inexcusable mais tout n’était pas forcément mauvais dans ce système pour qu’à l’époque autant d’Allemands et d’Autrichiens le soutiennent« , et que lui même se « situe à la droite du FPÖ, le parti d’extrême-droite autrichien. » Tout est dit ! Karl Goschescheck confirme donc tout ce que nous avions publié dans notre article précédent. Nous rappelons que pour avoir déclaré que « en France du moins, l’Occupation allemande n’a pas été particulièrement inhumaine, même s’il y eut des bavures, inévitables dans un pays de 550000 km carrés« ,  Jean-Marie Le Pen avait été condamné en appel à 3 mois avec sursis et 10.000 euros d’amende. Voir l’article de LePost.fr (http://www.lepost.fr/article/2009/01/21/1395190_l-occupation-pas-particulierement-inhumaine-3-mois-de-sursis-et-10-000-euros-d-amende-pour-le-pen.html).

Nous le répétons : en terme d’image, pour un candidat d’extrême droite, il est tellement plus gratifiant de rencontrer HC Strache, que de manifester en souvenir d’un soldat de la Wehrmacht, avec des nazis et des néo-nazis ! Mais HC Strache est lui même un néo-nazi honteux en quête de virginité et qui cherche à faire oublier son passé ! D’ailleurs, là encore Karl Goschescheck en convient ! D’après l’article de l’Alsace il a « participé (…) à la création du NVP, le Parti national du peuple, cherchant à fédérer nostalgiques du III e Reich et jeunesse nationaliste. » Mais quand il a vu « arriver des skinheads et des croix gammées, (il s’est) retiré.  » !!! On crois rêver !!!  « Nostagique du IIIe Reich » égale « croix gammées ». Là encore, ce n’est qu’une question d’image. Si seulement, ces nostalgiques pouvaient laisser leurs croix gammées au placard !

Karl Goschescheck donne l’impression de plaider la naïveté, la maladresse. Mais le site du parlement autrichien est tout de même explicite. Le 1er février 2008, Laura Rudas et Bettina Stadlbauer, députées SPÖ (Sozialdemokratische Partei Österreichs, Parti Socialdémocrate d’Autriche) décrivent Karl Goschescheck comme un des fondateurs du NVP et membres du conseil national (après la fusion avec des groupuscules « Die Nationalen » et « Initiative für alle Linksnationalen in Österreich » classés à l’extrême droite par le DÖW), le webmaster de 2 projets sur internet, qui proclament entre autres choses, que l’Empire allemand a été occupée en 1945 et est encore sous domination étrangère.

Toutes les démarches de Karl Goschescheck, ont été des démarches actives : il a manifesté avec des nazis et des néo-nazis, il a créé un parti avec des néo-nazis, il a créé des sites internet pangermanistes et d’extrême droite : nous sommes loin de la rencontre fortuite avec des néo-nazis, comme veut le faire croire Karl Goschescheck.

Pour finir en apothéose, Karl Goschescheck ose affirmer que « Par nature, l’Alsacien est suiviste » ! Et voilà ! A force de vouloir trop bien faire, à vouloir dire le petit truc en plus, il vient de dire le petit truc de trop !

Dès lors, nous pouvons affirmer que Karl Goschecheck est raciste anti-Alsacien ! (en plus de tout le reste, bien sûr) Pour paraphraser ses amis politiques identitaires : « c’est parce que je suis Alsacien, que tu me traites de suiviste ! »

Tous ensemble soyons unis contre les nazis et les néo-nazis !

source L’Alsace

http://www.lalsace.fr/actualite/2011/03/13/karl-goschescheck-qui-se-situe-a-la-droite-du-fpo

Parcours Karl Goschescheck, « qui se situe à la droite du FPÖ »

le 13/03/2011 à 00:00 par Michel Arnould

Il vit entre Strasbourg et Vienne. Photo Jean-Marc LoosIl vit entre Strasbourg et Vienne. Photo Jean-Marc Loos

« Le régime hitlérien a été une dictature sanglante inexcusable mais tout n’était pas forcément mauvais dans ce système pour qu’à l’époque autant d’Allemands et d’Autrichiens le soutiennent », explique Karl Goschescheck, candidat sous l’étiquette « Alsace d’abord » aux cantonales à Illkirch-Graffenstaden. « Une de mes cousines maternelles est morte brûlée à Oradour-sur-Glane, » poursuit-il.

Pour autant, il n’est pas de gauche et ne s’en cache pas. « Je me situe à la droite du FPÖ, le parti d’extrême-droite autrichien. » La référence n’est pas anodine. Alsacien, Karl Goschescheck vit et travaille à Vienne où il mène une vie de militant politique très, très à droite. Un parcours politique démarré il y a un quart de siècle à Strasbourg où, lycéen, il adhère au Front National (FN) dont il devient responsable du mouvement de jeunesse.

Estimant le parti trop jacobin, il le quitte cinq ans plus tard pour rejoindre la mouvance, que l’on ne qualifie pas encore d’identitaire, d’un certain régionalisme alsacien lourdement marqué par le pangermanisme. « Regardez nos voisins du Bade-Wurtemberg ou de Suisse, ils se portent mieux que nous alors même qu’ils ne disposent pas de plus de ressources que nous. Ils sont simplement mieux organisés, avec des lands et des cantons. L’Alsace doit se rapprocher d’eux. Ce doit être possible sans forcément modifier les frontières. »

Parallèlement, à Vienne, Karl Goschescheck a participé, en 2007, à la création d’un parti identitaire, le NVP, le Parti national du peuple, cherchant à fédérer nostalgiques du III e Reich et jeunesse nationaliste. « J’étais responsable pour la région de Vienne mais, quand au congrès fondateur, j’ai vu arriver des skinheads et des croix gammées, je me suis retiré. » Choix judicieux puisque ce nouveau parti a ému jusqu’au Parlement autrichien et que le gouvernement refuse de le reconnaître pour incompatibilité constitutionnelle.

En attendant des jours meilleurs en Autriche, il retente sa chance en Alsace. « Cela marche beaucoup mieux. À l’époque du FN, on se faisait jeter par un commerçant sur deux. Aujourd’hui, tous nous accueillent et la question des minarets marche très fort. » Il ne se fait pas, pour autant, d’illusions. « Par nature, l’Alsacien est suiviste. C’est un problème pour les petits partis. » Mais si un jour le vent tourne…

le 13/03/2011 à 00:00 par Michel Arnould

Publicités
Cet article, publié dans Infos Locales, L'extrême droite en Alsace, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Karl Goschescheck : « le régime hitlérien a été une dictature sanglante inexcusable mais tout n’était pas forcément mauvais dans ce système » !

  1. Ping : HC Strache : fréquentation de MM Cordonnier et Goschescheck | Action Antifasciste Alsace

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s